Biographie

 Alfredo di Stéfano-Laulhe est un ancien footballeur argentin, né le 4 juillet 1926 à Buenos Aires, et naturalisé espagnol le 30 janvier 1957 (bien qu'il ait toujours gardé la nationalité argentine). Il fait partie de l'équipe mondiale du XXe siècle. Il est considéré par la plupart des spécialistes comme l'un des trois meilleurs joueurs de football de l'histoire, si ce n'est le meilleur.
Son grand-père maternel Pierre Laulhe est natif du Béarn. Ses trois autres grands-parents sont quant à eux italiens et anglais. Son père cofonde le club de River Plate. Il débute dans la vie comme ouvrier agricole, puis comme gardien de troupeaux de vaches à cheval. Le 24 août 1963, sa notoriété mondiale est telle qu'il est enlevé durant quelques jours par des révolutionnaires vénézuéliens à Caracas lors d'une tournée du Real Madrid en Amérique du Sud.

Surnommé « Alfredito » puis la « Flèche blonde » au début de sa carrière, puis le « Divin Poumon », le « Divin Chauve », et enfin « Don Alfredo », Alfredo di Stéfano fait ses premiers pas en première division argentine avec le River Plate le 15 juin 1945. Aux côtés des Labruna et autres Moreno, il devient rapidement l'un des membres de la fameuse « Máquina» du River Plate, véritable machine à marquer des buts. Il inscrit ainsi 27 buts en 30 matches en 1947. Cette même année, le Máquina du River permet à la sélection nationale d'enlever la Copa América (alors sous le titre de Championnat d'Amérique du Sud).
Une grève des joueurs professionnels argentins pousse le joueur à quitter l'Argentine. Il rejoint alors les Millonarios de Bogota en Colombie, où le prestigieux uruguayen Héctor Scarone le dirige pour une dernière saison. A l'occasion d'une tournée européenne des Millonarios, le joueur attise les convoitises des grands clubs européens. Le FC Barcelone et le Real Madrid se disputent le joueur devant la justice, la balance penchera en faveur du club de Santiago Bernabeu.


Di Stéfano entraîne dans son sillage son compatriote Héctor Rial, ce dernier entraînant à son tour un autre sud-américain, José Santamaria. Toujours surnommé « Flèche blonde » lors de ses premières saisons flamboyantes au Real Madrid, Di Stéfano passe ainsi par divers sobriquets flatteurs, jusqu'à celui de « Divin chauve » en fin de carrière. En douze saisons, il permet au club de remporter cinq fois la coupe d'Europe des clubs champions, une fois la coupe intercontinentale et huit fois le championnat d'Espagne.
En 1964, à 38 ans, Alfredo di Stéfano rejoint l'Espanyol Barcelone pour une dernière saison. À River Plate, à Bogotá puis à Madrid, Di Stéfano s'est constitué un palmarès unique qui n'atténue qu'en partie le grand regret de sa carrière, Argentin (6 sélections, 6 buts), Colombien (4 sélections) puis Espagnol (31 sélections, 23 buts), le buteur à la santé de fer n'aura jamais l'occasion de disputer une phase finale de Coupe du monde, se blessant juste avant celle de 1962, qu'il aurait dû disputer aux côtés de ses compatriotes Francisco Gento, et Ferenc Puskas naturalisé en 1960.
Il aura remporté au final 14 championnats de 1re série (pour 3 pays, record du genre). Il est sélectionné dans la première équipe FIFA du Continent européen en 1963 (défaite à Wembley par les anglais).


Après sa carrière de joueur, Alfredo di Stéfano entame une carrière d'entraîneur. Il est à présent le président d'honneur du Football Club Real Madrid ainsi que de l'UEFA.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×